Un beau bazar... 1

Publié le par medicaland.over-blog.fr

Eloïse aime Julie. Julie aime Eloïse. Ensemble, elles voudraient un enfant. Par amour, pour lui offrir la vie, pour lui apprendre leurs valeurs... en somme, pour toutes les raisons qui font qu'un couple peut vouloir un bébé. Y a juste comme un souci dans cette belle équation : C'est un peu dur de concevoir un bébé quand on est deux femmes.

 

Alors, mesdames pensent à la PMA. A aider un peu la nature. Qui peut leur en vouloir ? Ce n'est pas de l'égoïsme, non, elles ne veulent pas "un droit à l'enfant", elles veulent juste... qu'un bébé naisse et vive, elles ont juste cet instinct humain contrarié par les lois naturelles. Doit-on leur interdire la pma ? Franchement, mon instinct à moi, il est partagé, mais...

 

faisons le parallèle avec ma situation, en bonne égocentrique que je suis : Handicapée à plusieurs niveaux, j'ai réfléchi longtemps avant d'accepter de donner la vie. On peut dire que pour ma pucinette, tout n'était pas joué d'avance dans le bon sens : des revenus aussi stables qu'un mec bourré sur une corde raide les yeux bandés, une santé farceuse, les crises et la difficulté de tenir une maison dans cet état.

 

Il a fallu réfléchir avec mon chéri à plusieurs choses. Prendre des précautions. Se foutre des coups de pied aux fesses, grandir alors qu'au final, du haut de mes 27 ans, j'avais de grosses traces d'adolescence. J'en ai toujours, hein, mais chut ! Bref, au fond, là ce qui était en jeu, c'est bien la santé physique et psychique de notre bébé à venir. Alors on a demandé conseil. Et si ceux qui nous connaissaient nous faisaient confiance pour faire au mieux ET réussir cette aventure, d'autres professionnels ou quidams nous ont qualifiés d'inconscients, de fous... quelle vie allions-nous donner à notre enfant ? Quels repères, avec une mère folle et un papa pas tout à fait dans les normes ?

 

C'était pas gagné, non, vraiment pas. J'ai eu peur, très peur. Et il y a des gens qui pensent encore qu'il faut que notre fille aille dans d'autres bras que les nôtres, parce que bon, hein, c'est pas sérieux ! Pourtant, là, Lys est au lit. Elle a joué, râlé, souri et fait la tronche, réclamé des câlins... Elle a vécu un jour de plus sa vie de bébé normal, en bonne santé.

 

On est loin d'être des parents modèles, façon téléfilm de M6. On a des ratés, il a fallu retrousser les manches parfois et partir de très loin pour arriver à faire certaines choses juste correctement. Il va encore falloir nous améliorer, pour elle.Mais Lys va bien, elle est heureuse et stable. Et on fera tout pour que ça dure toute sa vie.

 

Mais au fond, de l'extérieur, on aurait pu penser qu'il aurait été plus simple de ne pas nous laisser avoir notre puce. Parce que danger potentiel il y avait. Parce que c'était loin d'être idéal. Et j'aurais, moi, été de l'extérieur, j'aurais eu peur. J'aurais dit qu'il ne fallait pas tenter!, pas comme ça avec tous ces risques.

 

Mais la loi est ainsi faite : de nos jours, on n'interdit plus aux gens de procréer parce qu'ils sont handicapés psychomoteur. On ne stérilise plus les femmes "pour leur bien".

 

Aloirs, Eloïse et Julie, dans tout ça ? Eh bien, on peut croire que le bébé qu'elles veulent, il n'aura pas non plus toutes ses chances, pour d'autres raisons. Et en plus, elles vont l'avoir "en trichant'. J'aime pas ça, c'est vrai, ça me fait peur. Mais pourtant... à chaque danger, on peut opposer des précautions. A chaque question, avec des efforts, on peut trouver des réponses.

Viscéralement je suis contre la PMA pour Eloïse et Julie. Mais je refuse de me fier aux dires des psychiatres pour asseoir mon opinion, pour une raison simple : j'ai été témoin des erreurs de ces professionnels là, même des réputés, et des lourds dégâts qu'ils peuvent provoquer.

 

J'ai des craintes. Certaines sont "objectives", d'autres pourraient se raisonner face à des parents de même sexe qui s'adaptent face aux difficultés probables. Je n'aime pas la PMA, je pense à des dérives qui peuvent arriver, tellement facilement...

 

Mais n'est-ce pas à chacun d'être responsable ? N'est-ce pas à chacun de savoir, de sentir intimement, ce qui est bon pour lui, pour un être déjà imaginé mais non encore conçu ?

 

C'est tentant d'interdire, c'est tentant de poser cette limite-là par sécurité. Mais est-ce que ce ne serait pas mieux de pousser l'humanité à se prendre un peu en main ?

Voilà ma réflexion du soir, elle vaut ce qu'elle vaut.

La suite plus tard pour parler de la GPA... ce qui était mon idée initiale sur ce billet, mais bon :p

Commenter cet article

ppm00 24/03/2014 21:33

Un peu pareil pour moi, au risque de passer pour un dangereux réactionnaire ;-)
C'est clair que le couple hétérosexuel n'est pas une garantie de rien. La mère de mes enfants s'est barré pas longtemps après la naissance des enfants. Ils sont en Angleterre, et je les vois une
fois par trimestre. Pas glop. Un couple de beaufs qui picole et tape dur, c'est sûrement moins cool qu'une paire de copines. J'ai un peu plus de mal avec une paire de copains.
Mais bon, au final, c'est la vie privée, je ne vois même pas pourquoi on légifère là dessus, il y a des sujets plus grave que ça dans notre pays !

medicaland.over-blog.fr 29/08/2014 01:57



Tout est dans le cas par cas ! Comment va ?



dan 25/12/2013 20:42

Bonjour Blandine,
Un an depuis votre dernier billet ! J'aimerais avoir de vos nouvelles . Comment
se porte votre petite fée ? J'espère que tout va bien pour vous.