Présentation brève du blog et de sa charmante tenancière..

Publié le par medicaland.over-blog.fr

Qui suis-je ? 

 

Bien, bien, bien ! Puisqu'il est l'heure de me présenter un brin, allons-y franchement. Je me prénomme Blandine (Oui, pour ceux qui me connaissent en vrai ou sur d'autres blogs, y compris mes deux anciens, j'en ai marre de jouer à cache-cache avec les 15000 pseudos. Je reste Sophie chez Mô/PiTRe, elhana chez bbkmel, Sephrenia sur la sagasphère, mais ici je suis chez moi et j'en ai marre de jongler avec mes 15000 costumes. Clark Kent, lui, se débrouillait bien avec un peu de gel et une paire de lunettes alors, hein...). J'ai vingt-cinq ans bien passés, je tends vers les vingt-six. Je ne suis donc clairement plus une adolescente, pas tout à fait une adulte non plus : une jeune femme. Une jeune femme attachiante. Non non, ceci n'est pas une coquille, pour une fois, mais un néologisme que je pourrais graver sur mes cartes de visite tant il me correspond.

 

Il s'est formé tout naturellement en raison d'un léger handicap moteur au nom poétique, l'hémiparésie, dû à un AVC anténatal*, qui provoque, entre autres joyeusetés, des crispations musculaires assez intenses, qui m'obligent à m'agripper sous le coup de la douleur à tout et n'importe quoi/qui, sans pouvoir relâcher par la suite ma prise. Accessoirement, ma jambe droite se muant parfois en un genre de bâton raide sur leqiuel je n'ai plus le droit de m'appuyer sauf à être prise d'une pulsion masochiste, vous me verrez assez régulièrement jouer à la marelle grandeur nature. On a les sports qu'on peut, que voulez-vous... Ajoutez à cela une douleur de toute façon permanente, quelques soucis de motricité fine, une vue proche de la taupe borgne, et vous comprendrez à peu près mes difficultés physiques au quotidien.

 

Mais soyons honnête : le terme attachiante s'applique tout autant à ma personnalité qu'à ces petits problèmes techniques : je suis adorable, enjôleuse, câline... toutes qualités qui ont leur pendant négatif, tout aussi marqué. Et comme je pars du principe que vous n'êtes pas stupides puisque vous me lisez, chers lecteurs, je vais m'épargner la liste explicite des défauts que cela engendre. De plus, je ne vais pas vous dévoiler toute mon inimitable personne maintenant, ou alors ce blog n'aura plus la moindre saveur !

 

Ceci dit, autant vous avouer tout de suite quelques petites choses, maintenant que vous avez ces quelques pages en main : tout d'abord, il faut bien comprendre que celle qu les écrit n'est pas atteinte que physiquement. Est-ce également l'AVC cause de l'hémiparésie qui est également en partie à l'origine de mes troubles psychiques ? Allez savoir ! Toujours est-il qu'il faut bien admettre que celle qui écrit ce blog, c'est-à-dire moi-même pour ceux qui ont la comprenette lente, est hystérique.

 

Aaaah l'hystérie ! Voilà un petit mot qui sonne bien mal aux oreilles des gens. Il faut dire qu'entre la définition courante qu'on en donne et celle, plus... médicale, qui caractérise le vrai trouble psychique, il n'y a guère de quoi sauter de joie. A tel point d'ailleurs que nos braves éminences en blouse blanche ont remplacé ce vilain terme par d'autres, comme histrionisme, par exemple. De l'art d'appeler les choses par un nom plus discret ! Je n'y vois pas d'inconvénients, note ! Il ne faut jamais contrarier les fous, dit-on.

 

Ceci dit j'ai toujours préféré appeler un chat un chat. Donc je suis hystérique, basta ! Non, pas une de ces mégères hurlantes de sitcom que vous allez tout de suite imaginer... juste une personne qui a énormément de mal à canaliser ses émotions et à ne pas ressentir tout à l'extrême. Et qui, au passage, se coltine toute une armée de symptômes parasites spectaculaires mais totalement psychosomatiques. C'est toujours intéressant de savoir qu'un cerveau farceur peut tour à tour vous rendre muet/sourd/aveugle par exemple, sur une courte durée, juste pour rire !

 

Bon, voilà, vous savez globalement qui je suis, mais au fait...

 

Pourquoi ce blog ?

 

Eh bien, vous allez rire : ce que je vous propose, c'est d'explorer de l'intérieur un univers particulier, celui de la maladie psy et du handicap neurologique, du point de vue de qui la connaît le mieux parce qu'il la vit au quotidien : le patient. Autrement dit : je vous entraînerai en balade dans Medicaland, le merveilleux pays des blouses blanches, roses et vertes. Ça ne sera pas toujours gai. je ne compte pourtant pas non plus vous faire pleurer sur mon sort. J'adore jouer ma Cosette, mais bon, niveau intérêt, ça se pose là. Aux larmes, je préfère l'humour, tantôt tendre, tantôt trempé à l'acide, doux ou grinçant selon l'humeur. C'est un parti-pris. Je préfère vous en avertir avant que vous n'imaginiez tenir entre vos mains un livre de type vulgarisation médicale ou pire, un témoignage choc d'une patiente angélique façon série télé américaine. Si c'est le cas, faites-vous immédiatement rembourser !

 

Maintenant deux précisions de taille :

 

La première est évidente, mais mieux vaut tout de même la noter : si j'estime être relativement lucide et intelligente, et que je me targue de maîtriser un chouïa le sujet dont je compte vous parler ici, il est évident que je ne peux en aucun cas être objective. D'ailleurs, je ne prétends même pas tenter de rester neutre, ce n'est pas mon but. Je laisse ça aux psychologues, psychanalystes et psychiatres, ils y arriveront bien mieux que moi. Mon expérience de la médecine, des cliniques et hôpitaux psychiatriques, des soignants en général, de la vie... tout ça n'a rien d'absolu : j'ai vu le pire comme le meilleur et si je m'attarde sur ce qui m'a marquée personnellement, il est évident que je n'ai pas tout vu et que je n'ai pas la science infuse. Ne cherchez pas de réponses trop poussées à des questions techniques, vous ne les trouverez pas avec moi. Je vais certes poser des questions et tenter d'apporter mon point de vue, mais c'est tout.

 

Seconde conséquence de mon statut de patiente-auteur, qui est en fait un corollaire de la première : J'écris avant tout pour être lue. Je ne fais pas mystère de ce besoin chez moi d'être regardée et d'être le centre de l'attention des gens. Disons simplement que j'essaie de rendre ce défaut conctructif par cet ouvrage. Quitte à occuper l'espace, autant le faire de manière un minimum utile !

Rendez-vous compte : quoi de mieux pour un Ego qui a besoin de briller que d'être tout à la fois narrateur et héroïne d'une histoire passionnante ? En bonne hystérique, je vais vous séduire, vous intriguer, vous laisser aussi un peu sur votre faim... mais je vais me servir de ce qui peut être une pathologie qu'une inépuisable ressource humaine pour vous faire partager une aventure palpitante, qui n'a pas besoin de monstres marins ou d'extra-terrestres pour fasciner les foules. 

 

 

A vous de me suivre si vous le désirez. Tourner la page voux exposera à une bonne dose de folie, et pas que la mienne, croyez-moi. Parce que si vous voulez mon avis... tout le monde marche sur la tête à Medicaland!

 

 

 

 

 

 

 

* Accident vasculaire cérébral anténatal : avant de naître quoi !

Publié dans Présentation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article